English English French French Swahili Swahili

Masisi :L’exécution du cahier des charges de la SMB doit être précédée par le dédommagement de certaines victimes “Grande Société civile de Masisi”

La grande société civile du territoire de Masisi exige le dédommagement des familles victimes de violations des droits de l’homme dans les carrés miniers de Rubaya avant toute exécution du cahier de charge présenté par société civile du Nord-Kivu à la société minière de Bisunzu SMB

C’est ce qu’a fait savoir Akizimana Basabose Jean de Dieu Issa coordinateur de cette structure dans le territoire de Masisi ce jeudi 30 septembre, celui-ci dit accepter le cahier de charges élaborés par la société civile coordination provinciale du Nord-Kivu, néanmoins, exige que cela soit précédé par le dédommagement de toutes les victimes des exactions que connaissent certaines familles à Rubaya.

«pour que le cahier de charge de la Société Minière de Bisunzu soit exécuté et nous l’acceptons en tant que Grande Société civile de Masisi, qu’il y ait d’abord le dédommagement des familles de nos compatriotes qui sont les victimes de violations des droits humains dans les carrières minières de Rubaya, nous exigeons seulement le dédommagement» a-t-il laissé entendre.

Il donne l’exemple des corps de quatre creuseurs tués arbitrairement et qui demeurent dans la morgue de l’hôpital provincial de Goma trois ans après leur décès malgré les jugements rendus en leur faveur par le tribunal de grande instance de Goma et la cour de cassation.

«il y a quatre corps qui sont dans la morgue d’ici là ils vont réaliser trois ans à l’hôpital provincial de Goma, qu’est-ce que ces corps sont entrain de faire là bas, quatre corps de creuseurs qui sont morts dans les carrières minières de Rubaya, tués par la police de garde de la Société Minière de Bisunzu, jusqu’aujourd’hui il n’y a pas de solution malgré plusieurs jugements rendus dont deux du Tribunal de Grande Instance de Goma et un de la cour de cassation exigeant la SMB à dédommager leurs familles» a fait savoir Basabose Jean de Dieu.

Jérémie Kabali, à Sake