Hôpital Tertiaire
Soins préventifs, Soins nationaux avancés Spécialité,
Malformations congénitales, Soins complexes.
Projets communautaires
Maternité à moindres risques, Lutte contre les violences
sexuelles et sexistes, Renforcer la Protection... La paix
Formation et recherche
Chirurgie générale à travers le programme COSECSA,
Spécialisation en médecine de famille, Soins infirmiers...
ISESOD-GOMA
Institut Supérieur d’Environnement Solidaire et de Développement Durable

Science - Solidarité - Développement
ISESOD-GOMA
Réseaux Informatiques et Télécommunication (RIT)
Gestion de Projet de Développement (GPD)
Communication et Résolution des Conflits (CRC)
Gestion des Micro-Entreprises (GME)
Gestion de l’Environnement (GE)

Lubero : Les activités socio-économiques tournent au ralentie suite aux journées villes mortes décrétées à Beni et à Butembo (Nord-Kivu)

Photo tiers

Les récentes journées villes mortes et marches de protestation des habitants de Butembo et Beni aux tueries perpétrées par les présumés ADF ralentie les activités socio-économiques dans le territoire de Lubero. Constat fait depuis 5 jours par le Groupe de presse la république.net

Le constat fait étant d’un certain nombre d’activités des organisations humanitaires et commerciales de la région qui sont touchées par ces journées villes mortes.

D’abord les organisations humanitaires ne savent plus poursuivre leurs activités par manque des moyens financiers.

« Nous sommes complètement bloqués. Nos bureaux de coordination se trouvent à Beni et Butembo. Et là nos collègues de l’administration ne travaillent pas, donc ils ne peuvent pas valider nos planifications. Et même s’ils peuvent le valider en étant à la maison, le moyen financier pour exécuter ces travaux doivent venir de la banque. Or depuis Mardi dernier, toutes les banques restent fermées à Butembo et Beni. Nius sommes vraiment bloqués et nous ne savons pas si cette situation va aller jusqu’à quand », à fait savoir un coordonnateur projet d’une organisation humanitaire à LUBERO.

Dans une quinzaine de jours plus de 80 personnes ont été tuées par les présumés ADF dans la région de Béni, selon les sources de la société civile. Cette situation a occasionné un arrêt de toutes les activités suivis des marches de colère et de protestation dans les villes de Beni et en signe de solidarité dans la ville de Butembo.

Dans le territoire de Lubero, les commerçants sont également bloqués suite à cette paralysie des activités dans les régions de Beni et Butembo.

« Souvent nous nous ravitaillons certains produits commerciaux à Butembo. Aujourd’hui nous sommes en rupture stock et nous ne savons pas comment nous avoir d’autres produits car les activités sont paralysées dans la ville. Comme vous constatez, les étalages sont vides pendant que nous sommes Mercredi le jour du marché », à fait savoir un commerçant rencontré à Lubero-centre, chef lieu du territoire.

Les commerçants rencontrés estiment que le gouvernement doit vite s’impliquer dans la question de Beni en ramenant la paix et la sécurité pour permette aux citoyens de vaquer librement à leurs occupations.

Pour l’instant la situation reste statuquo, la psychose se lit dans le chef des habitants de Beni et Butembo. Cette matinée du 27 Novembre , quatre corps sans ont été de nouveau découverts à Maleki, village situé à près de 9 km à l’ouest d’oicha. Il s’agit de deux hommes et deux femmes. Ils ont été tués par des inconnus la nuit de mardi à ce mercredi indique notre source sur place.

Face à la résurgence de l’insécurité à Beni, des marches de solidarité se poursuivent à Goma, Kisangani et un sit-in du Kyaghanda Yira à Kinshasa ce Mercredi 27 Novembre 2019.

Asaph LITIMIRE

English English French French Swahili Swahili