Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Rdc : Tout savoir sur le débat houleux à l’assemblée nationale sur la question de Minembwe

Azarias Ruberwa, Le ministre de la décentralisation et réformes institutionnelles

Le ministre de la décentralisation et réformes institutionnelles, Azarias Ruberwa, s’est expliqué ce lundi 19 octobre à l’Assemblée nationale sur l’installation des animateurs de la commune rurale de Minembwe au Sud-Kivu. Ce ministre promet revenir le 21 octobre pour répondre à plusieurs préoccupations soulevées par les députés nationaux. Cela à la suite d’une interpellation du ministre Azarias Ruberwa à l’Assemblée nationale par le député national Nzangi Butondo 

C’est un débat houleux qui a eu lieu ce lundi à l’Assemblée nationale.  Une quarantaine des députés nationaux ont posé des questions au ministre Azarias Ruberwa. Ils sont nombreux ceux qui sont revenus sur l’irrégularité de la création de la commune de Minembwe. C’est le cas de l’opposant Jacques Djoli. Ce député a adressé au ministre d’Etat la question d’expliquer d’où venait la commune rurale. Pour l’élu du MLC, en droit congolais, la commune rurale est inexistante.

Eve Bazaiba, une autre élue du MLC, a exprimé sa crainte sur les revendications de la communauté Banyamulenge. Selon elle, le risque est que cette communauté revendique son autonomie territoriale dans le futur.

Le député Ambatobe quant à lui, a relevé des mensonges dans les propos du ministre Azarias Ruberwa. A l’en croire, la commune de Minembwe touche 6 groupements du Sud-Kivu.

Et face à ce mensonge, le député Jean-Baptiste Kasekwa a conseillé au ministre de démissionner.

Notons qu’au cours ce débat, plusieurs députés sont revenus sur la nécessité de constituer une commission pouvant statuer sur le décret de 2013 portant la création des entités territoriales décentralisées. Azarias Ruberwa promet revenir le 21 octobre pour répondre à plusieurs préoccupations soulevées par les députés nationaux.

Robert TSONGO depuis Kinshasa