English English French French Swahili Swahili

RDC : Les finances des provinces sous état de siège gérées sans mécanisme de contrôle.

C’est le député national Gratien de Saint-Nicolas Iracan qui le dénonce. Dans un Twitter ce mardi 14 septembre,  c’est trop dangereux de rendre disponibles des moyens libres à des hommes armés sur une longue période. 

Pour l’élu de Bunia, la lutte contre le terrorisme interdit la circulation des monnaies en liquide. « Les gouverneurs militaires gèrent des millions de dollars mensuellement sans aucune mesure d’encadrement et de contrôle. Il est trop, trop dangereux de rendre disponible des moyens financiers libres à des hommes armés sur une longue période. Soyons prudents, ce n’est pas pour rien que le législateur après analyse, a estimé que l’état de siège devrait prendre un mois avec une brèche de prorogation tous les 15 jours. En plus, la lutte contre le terrorisme interdit la circulation des monnaies en liquide mais surtout leur provenance », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Par ailleurs, le député national, membre d’Ensemble pour le changement dénonce la violation de l’article 85 alinéa 3 de la Constitution, qui dispose que « les modalités d’application de l’état d’urgence et de l’état de siège sont déterminées par la loi ». Il relève qu’aucune loi n’ a été votée pour une mesure d’accompagnement sur les modalités d’application de l’état de siège. Pour lui, il n’est pas normal que des gouverneurs aient le plein pouvoir de gestion et sans contrôle ou garde-fous.

 Il cite  notamment le cas de la province de l’Ituri. Ici,  plus de 4 millions ont été collectés avec comme seul ordonnateur des dépenses  le gouverneur militaire.

Robert TSONGO