Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : Le rapport du groupe de 13 insiste sur le consensus national pour l’organisation des élections apaisées en 2023.

Le groupe de 13 personnalités (G13) a rendu publique ce lundi 28 septembre son rapport prônant le consensus électoral en RDC. Ce texte donne des pistes de solution pour arriver aux réformes électorales avant les prochaines élections de 2023. Ces personnalités appellent la classe politique à se surpasser pour éviter un chaos au pays dans les prochains jours.

Récit de Robert Tsongo

C’est devant la presse kinoise et internationale que ce groupe a publié officiellement sa feuille de route indicative. Selon ces13 personnalités, cette feuille de route est le résultat d’étapes dans la marche vers les réformes et la garantie de paix, la concorde et la cohésion nationales avant, pendant et après le processus électoral de 2023.

Dans ce document, ces personnalités restent convaincues qu’en réglant le problème électoral, les institutions politiques du pays pourront dans la sérénité se consacrer aux défis de la paix et du développement du pays. Ce groupe demande à la classe politique congolaise de mettre à profit les 1201 jours qui séparent le 15 Septembre 2020 au 30 Décembre 2023.

Le G13 affirme que sa démarche s’inscrit dans l’optique d’éviter au pays le plus grand danger dans les jours à venir. Pour eux, une division secoue actuellement la classe politique, le gouvernement, la coalition au pouvoir, l’opposition ainsi que les forces vives de la société civile. Un consensus s’impose autour des questions clivâtes, insistent ces personnalités.

Dans ce rapport, ces personnalités disent poursuivre cinq objectifs essentiels. Primo, construire un système électoral réellement démocratique, stable, reposant sur des règles essentielles susceptibles de rassurer tous les acteurs. Secundo, amener le pays tout entier et l’ensemble des parties prenantes à un consensus sur les questions électorales majeures qui font l’objet de profondes divisions. Tertio, rationnaliser la décentralisation, en la rendant plus compatible avec les moyens de l’Etat pour garantir la tenue des élections locales, municipales et urbaines qui n’ont jamais eu lieu depuis 2006. Quarto, garantir la tenue effective des élections démocratiques, crédibles et apaisées en 2023, dans le respect de la Constitution et des lois de la République. Et quinto, assurer plus de représentativité et une meilleure adhésion populaire à l’action des institutions par l’adoption d’un mode de scrutin plus simple et compréhensible par la population.

Robert TSONGO depuis Kinshasa