Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Lubero : Deux policiers blessés dans une attaque des présumés Maï-Maï à Musimba (Nord-Kivu)

Photo tiers

Les présumés Maï-Maï viennent d’attaquer entre 15 heures 30minutes et 16 heures ce Vendredi 6 Décembre 2019, le sous-commissariat de la police de Musimba (Nord-Kivu). Information livrée par le commandant territorial de la police à Lubero.

Cet officier renseigne que ces inciviques ont rencontré la resistance des éléments pnc sur place mais ils ont blessés deux policiers par arme blanche

« Les Maï-Maï voulaient juste récupérer les armes des policiers. Dieu aidant, ils ont rencontré une forte résistance des éléments loyalistes sur place. Avant de s’en fuir, ces bandits ont poignardé deux policiers qui poursuivent avec les soins maintenant », a indiqué le commissaire supérieur Nyombi Kotakoli, commandant de la Pnc territoire de Lubero.

Les sources de la société civile à Musimba renseignent que la psychose s’observe pour l’instant dans le chef des habitants de Musimba. Pendant l’incursion, certains se sont déplacés vers Chamboo, un village situé à 20 minutes de marche de Musimba et d’autres dans la ville de Butembo. C’est à début de la soirée de ce Vendredi que certains habitants regagnent progressivement le village après une accalmie qui s’observe, rapportent ces sources.

Cette dernière attaque des présumés Maï-Maï à Musimba porte à 3 le nombre d’attaques dirigées contre le sous-commissariat de la place dans l’espace de 3 mois. Au cours de deux premières attaques, les assaillants avaient emporté une arme AKA 47, blessé un policier et vendalisé le bureau du sous-commissariat.

Pas plus tard que Mercredi 4 Décembre dernier, un autre groupe des présumés Maï-Maï a atraqué le domicile d’un élément de la police de Lukanga. Ces inciviques ont donné la mort à ce policier ainsi que sa femme et sa fillette de 3 ans.

Asaph LITIMIRE