English English French French Swahili Swahili

Affaire 100 jours : La justice congolaise, appelée à faire son travail sans complaisance

Les mouvements citoyens de la ville de Goma ont dans une communication faite à la presse ce 14 Avril 2020, appelé la justice congolaise a exercer son travail en toute indépendance.

A l’issu de cette adresse, les quatre mouvements citoyens ont commenté sur l’affaire 100 jours du chef de l’Etat, une actualité qui suscite des réactions à la population au pays. La génération positive, la Lucha RDC-Afrique, Raiya Simama et filimbi pensent que l’interpellation par la justice des grandes personnalités de la nation, soupçonnées au détournement est un ouf de soulagement pour un état de droit.

« Les mouvements citoyens n’ont pas voulu rester indifférents quant à la situation actuelle. Nous sommes heureux des actions poursuivies par la justice tant au niveau provincial que national, pour l’interpellation des personnes impliquées au détournement de fonds », s’est réjoui Djimmy Nziali de la génération positive.

Cependant, tout en félicitant les démarches déjà entreprises par la justice congolaise, les membres de ces mouvements citoyens appellent les responsables de la justice de poursuivre à bon train les enquêtes en cours sans complaisance. Ils suggèrent également que la justice rentre en arrière pour des faits impunis, commis depuis le premier régime démocratique.


« Que la justice puisse bien mener les enquêtes pour que les auteurs répondent de leurs actes. Nous avons besoin de la lumière. Voilà pourquoi nous encourageons la justice à faire son travail. Nous voulons que la lutte contre l’impunité puisse continuer, surtout en rentrant en arrière pour tout dossier judiciaire depuis 2006, le début du premier régime démocratique », ont fait savoir ces représentants des mouvements citoyens.

Ils recommandent au magistrat suprême Felix Tshisekedi de fouiner dans le passé des personnes jadis intouchables afin de traquer tout celui qui s’est associé dans les corruption et détournement de fonds. Démarche qui soutient la vision du chef de l’Etat sur la restauration d’un État de droit.

Signalons que depuis le début des enquêtes par le parquet près le tribunal de Kinshasa/Matete, sur le dossier 100 jours du chef de l’Etat, plusieurs personnalités ont été auditionnées et arrêtées préventivement. Les enquêtes se sont suivies au niveau provincial où l’on signal d’autres arrestations des personnes impliquées dans la malversation des travaux.

David MAHAMBA