Comme un tonnerre de Brest, la nouvelle est tombée hier mercredi 13 mars dans la soirée, sur les ondes de la Télévision nationale. Un ministre et deux mandataires publics ont été suspendus de leurs fonctions par la Présidence de la République pour des actes de mégestion et d’insubordination de façon répétitive et continue. Il s’agit, en effet, du Ministre des Affaires Foncières, Lumeya Dhu Maleghi, du Président de l’Autorité de Régulation des Postes et des Télécommunications (ARTPC), Oscar Manikunda, ainsi que du Directeur Général de la Société Congolaise des Transports et Ports (SCTP), Daniel Mukoko Samba et son adjoint, Destin Pelete Shimuna. Sur les antennes de la RTNC, le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe a laissé entendre que ‘’la série va certainement continuer mais nous ne devons pas faire de l’arbitraire. Pour arriver à ces mesures, nous avons pris un mois‘’.

Félix Tshisekedi n’a pas attendu longtemps pour passer sérieusement aux actes de sanctions face aux insoumis de la loi. Moins de deux mois après sa prise de fonctions, tombent déjà les premières victimes de l’impunité. Il a donc décidé, après avoir discuté avec le Premier ministre à plusieurs reprises sur la question du ministre concerné, de le suspendre. Selon son Directeur de cabinet, il avait demandé au chef du gouvernement d’exiger du ministre des affaires foncières de rapporter les arrêtés sur des lotissements et l’expropriation des citoyens pris par lui en violation des droits des congolais mais aussi des étrangers en matière de propriété, mais surtout de la loi. Ce qui n’a pas été fait. ‘’C’est de l’insubordination. Et quand le Premier Ministre, à son tour, ne prend pas de décision, le Président s’assume‘’, a-t-il déclaré.

Sur ce, une lettre a été adressée au Premier ministre au nom du Président de la République pour qu’en son nom, soit suspendu le ministre Lumeya en considération de nombreuses décisions, de divers arrêtés pris par lui, en violation flagrante de la loi et des droits des tiers.

Le Procureur général près la Cour de cassation a également été instruit pour l’ouverture d’un dossier judiciaire contre le concerné. ‘’C’est une première action contre l’impunité‘’, précise Vital Kamerhe.

Megestion, impunité…

Du côté des mandataires, ce n’est vraiment pas une surprise. Le chef de l’Etat a frappé là où les signes de megestion et d’impunité avaient longuement dépassé les limites. Une lettre de suspension a été directement  adressée au Président de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications, (ARTPC) qui relève de la Présidence de la République.  Oscar Manikunda est donc suspendu de toutes ses fonctions à la suite des indices sérieux d’actes de mégestion à sa charge et de l’insubordination dont il a fait montre vis-à-vis de la hiérarchie. C’est son vice-président qui va assumer l’intérim.

La dernière concerne le Directeur général et le Directeur général adjoint de la Société Congolaise des Transports et Ports, SCTP (ex-Onatra), Daniel Mukoko Samba et Destin Pelete Shimuna pour actes de mégestion.

La lettre a été adressée au Premier ministre étant donné que ladite entreprise est sous tutelle des ministères du Portefeuille et celui des Transports et Voies de Communication. ‘’Il s’agit d’une mesure très importante pour que les autres mandataires publics comprennent que c’est effectivement la fin de la récréation‘’, Dit le Dircab du Chef de l’Etat.

A côté de ces suspensions ont été signés, toujours hier, des Ordonnances présidentielles concernant la libération de plus de 700 prisonniers à travers la République dont des prisonniers politique tels qu’annoncé récemment par le Chef de l’Etat. Notamment, Franck Diongo et Firmin Yangambi.

Boris Luviya

English English French French Swahili Swahili