Hôpital Tertiaire
Soins préventifs, Soins nationaux avancés Spécialité,
Malformations congénitales, Soins complexes.
Projets communautaires
Maternité à moindres risques, Lutte contre les violences
sexuelles et sexistes, Renforcer la Protection... La paix
Formation et recherche
Chirurgie générale à travers le programme COSECSA,
Spécialisation en médecine de famille, Soins infirmiers...
ISESOD-GOMA
Institut Supérieur d’Environnement Solidaire et de Développement Durable

Science - Solidarité - Développement
ISESOD-GOMA
Réseaux Informatiques et Télécommunication (RIT)
Gestion de Projet de Développement (GPD)
Communication et Résolution des Conflits (CRC)
Gestion des Micro-Entreprises (GME)
Gestion de l’Environnement (GE)

Informer autrement

Rdc : 55 personnes tuées au Kongo Central et à Kinshasa dans la répression des adeptes du Bundu dia Kongo, Hrw s’invite dans le dossier

Né Mwanda Nsemi, leader du mouvement politico-religeux Bundy Dia Kongo

L’Organisation humanitaire Human Rights watch a dans un communiqué, demandé que la justice soit faite à l’endroit des membres du mouvement Bundu Dia Kongo (Bdk), victimes des répressions sanglantes à plusieurs reprises de la police nationale congolaise. Cette organisation des droits humains dénonce l’utilisation excessive de la force létale contre les adeptes de ce mouvement religieux séparatiste en avril 2020, causant au moins 55 mort et nombreux blessés.

Ces répressions du gouvernement a eu lieu du 13 au 24 avril dans plusieurs villes de la province du Kongo Central, ainsi qu’à Kinshasa, capitale congolaise.

« Les autorités congolaises devraient répondre aux messages du mouvement Bundu dia Kongo, qui incitaient à la haine ethnique. Mais le gouvernement a répondu en violant les normes internationales relatives à l’usage de la force, provoquant un bain de sang » a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch.

Elle ajoute cependant que les autorités autorités doivent ouvrir les enquêtes sérieuses afin que les auteurs répondent de leurs actes.

« Le gouvernement devrait faire toute la lumière sur ces violentes opérations policières et faire rendre des comptes aux auteurs d’exactions, quel que soit leur grade. C’est le seul moyen pour les autorités de signaler de manière claire que les abus et l’usage excessif de la force ne seront pas tolérés » a souligné le directeur de HRW.

Signalons que les Principes de base de l’ONU sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois, donnent des instructions importantes sur le recours à la force par la police et d’autres agents de l’Etat dans des situations de troubles civils.


Ces principes stipulent que les fonctionnaires qui exercent des pouvoirs de police « ne doivent pas faire usage d’armes à feu contre des personnes, sauf en cas de légitime défense ou pour défendre des tiers contre une menace imminente de mort ou de blessure grave. Et seulement lorsque des mesures moins extrêmes sont insuffisantes pour atteindre ces objectifs » et que « quoi qu’il en soit, ils ne recourront intentionnellement à l’usage meurtrier d’armes à feu que si cela est absolument inévitable pour protéger des vies humaines ».

Barak MUNYAMPFURA Héritier

English English French French Swahili Swahili