Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Programme 100 jours : La lucha déplore l’arrêt de la construction des routes dans la ville de Goma

Le mouvement citoyen lutte pour le changement(lucha) a déploré l’arrêt de la construction des routes en villes de Goma, attribuée au programme 100 jours du chef de l’Etat. Les militants de ce mouvement non violent l’ont dit à l’issu d’une déclaration lue à la presse ce 28 mai.

« C’est depuis un temps que le dit mouvement constate l’arrêt de la construction des routes dans la ville, au motif que l’un des opérateurs économiques serait dans le viseur de la justice congolaise, au procès 100 jours pour la non exécution de ce projet et probable détournement de fonds » peut-on lire dans cette déclaration.

Cependant la lucha rdc-Afrique étant une gardienne de la démocratie et une combattante d’un état de droit, veut attirer l’attention des autorités compétentes sur le programme de 100 jours avec les procès en cours et son impact sur la ville de Goma. Ce mouvement citoyen encourage la démarche de la justice dans la recherche de la vérité.

« La lucha encourage la démarche de la justice dans la recherche de la vérité, comme cela a été son combat depuis 8 ans. Elle demande d’en faire un procès équitable et de favoriser une paix sociale en faisant en sorte que la ville de Goma garde sa beauté par la construction des routes » a-t-elle ajouté.

Rappelons que Modeste Makabuzi, l’un des opérateurs économiques au Nord-Kivu et patron de la société congolaise de construction(sococ) a été appréhendé par la justice congolaise, le mois d’avril dernier. La justice lui reproche de détournement de fonds alloués au programme de 100 jours, pour la construction de 12 kilomètres des routes asphaltées à Goma. Détenu provisoirement pendant plus de 30 jours à la prison centrale de Makala, le patron de la sococ va comparaître au tribunal de Kinshasa/Gombe ce 29 mai, l’ouverture de son procès.

David Mahamba