Hôpital Tertiaire
Soins préventifs, Soins nationaux avancés Spécialité,
Malformations congénitales, Soins complexes.
Projets communautaires
Maternité à moindres risques, Lutte contre les violences
sexuelles et sexistes, Renforcer la Protection... La paix
Formation et recherche
Chirurgie générale à travers le programme COSECSA,
Spécialisation en médecine de famille, Soins infirmiers...
ISESOD-GOMA
Institut Supérieur d’Environnement Solidaire et de Développement Durable

Science - Solidarité - Développement
ISESOD-GOMA
Réseaux Informatiques et Télécommunication (RIT)
Gestion de Projet de Développement (GPD)
Communication et Résolution des Conflits (CRC)
Gestion des Micro-Entreprises (GME)
Gestion de l’Environnement (GE)

Lubero : La société civile plaide pour l’accélération du processus d’installation des centres de reddition des groupes armés locaux dans le territoire (Nord-Kivu)

Georges Muhindo Katsongo, Président de la société civile de Lubero

La société civile du territoire der Lubero (Nord-Kivu) se dit préoccuper du retard observé dans l’installation des centres de reddition volontaires dans ce territoire. Elle l’a fait savoir ce samedi 16 Novembre, déplorant la prise en charges des ex-combattants cantonnés à Lubero-centre, Chef-lieu du territoire de Lubero.

« Chaque jour on enregistre des dizaines d’éléments des groupes armés qui se rendent auprès des autorités administratives, militaires et même des notables. Mais ces derniers se buttent au problème de leur prise en charge. C’est par exemple aujourd’hui à Lubero-centre, certains éléments sont cantonnés à l’état-major du sous-secteur et n’attendent quêtre transférés dans des centres de formation militaire et professionnelle », a alerté Georges Muhindo Katsongo.

Selon plusieurs sources concordantes à Lubero-centre, ils sont plus de 60 ex-combattants venus des différents groupes armés Maï- Maï actifs dans la zone.

La société civile de Lubero pense qu’avec l’érection des centres de transit, ces anciens éléments des groupes armés locaux pourront avoir une prise en charge humanitaire acceptable et cela va encourager d’autres à se rendre.

« Nous continuons à interpeler les tenants du pouvoir, cest-à-dire les autorités compétentes, qui devraient en principe accélérer le processus pour que les centres de regroupement des éléments des groupes armés puissent être fonctionnels étant donné qu’aujourd’hui, bon nombre d’éléments ont déjà manifesté la volonté de se rendre mais hésitent encore car les centres ne sont pas ouverts. Le processus devra être accéléré puisque si une fois ces centres sont ouverts, alors il y’aura une reddition massive des combattants qui l’ont déjà manifesté », a expliqué Georges Muhindo Katsongo.

Notons que le Gouvernement avait annoncé la volonté d’ériger deux centres de transit de reddition volontaire des combattants locaux dans le territoire de Lubero sur proposition de l’administrateur de territoire. Dailleurs le Gouverneur de province du Nord-Kivu avait dépêché lors de son séjour en Octobre dernier dans la ville de Butembo au Nord de la province, une commission sécuritaire pour prospecter les sites choisis pour l’érection de ces centres. Il s’agit de Kaseye, 2 kilomètres à l’ouest de Kumbulu au Nord du territoire et Mapera, 5 Km de Kayna au Sud. Mais jusqu’à présent, les résolutions de cette mission tardent d’exécution.

Asaph LITIMIRE

English English French French Swahili Swahili