Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Le PFCGL s’engage dans la lutte contre le Coronavirus aux postes frontaliers du Nord-Kivu (Petite Barriere, Grande Barriere, Kasindi , Bunagana) et Ruzizi 1 au Sud-Kivu

sensibilisation à la grande barrière de Goma Nord-Kivu photo PFGCL

Depuis ce mardi 24 mars 2020, le Projet de Facilitation du commerce dans la Région des Grands

Lacs, PFGCL, a lancé la campagne d’information sur la maladie à Coronavirus (ou COVID19) au profit de ses partenaires et bénéficiaires. Il s’agit des représentants des associations des petits commerçants transfrontaliers et des agents des services aux frontières (DGM, DGDA, PNHF, SQAV,Police des Frontières, OCC).

Les représentants des ACT ont été sensibilisés sur la pandémie de la COVID-19 par l’Expert Santé, Hygiène et Assainissement du PFCGL, le Docteur Jérémie Tshileu. Ils ont échangé dans une réunion sur les signes, les modes de transmission et les mesures de prévention contre la COVID-19. Ensuite destination, la petite Barriere de Goma où le Docteur Jérémie a échangé avec quelques agents des services commis à ce poste frontalier. Cette activité de sensibilisation s’étend aux postes frontaliers de de la Grande Barriere, Kasindi et Bunagana au Nord-Kivu et Ruzizi 1 et 2, Kamvivira et Kamanyola au Sud-Kivu.

La première protection ou prévention est l’information.

Il faut s’informer régulièrement et à tout moment pour connaitre les consignes du ministère de la santé à travers son personnel impliqué dans la lutte et les médias. « Soyez élégant et informez-vous sur le COVID19. Evitez de propager les rumeurs et suivez les conseils précis de santé publique de l’OMS et de l’autorité sanitaire locale » recommande l’Organisation mondiale de la Santé. Le PFCGL a remis des dépliants et brochures d’information aux agents des services et aux associations des petits commerçants transfrontaliers. L’une des brochures informe les petits commerçants sur l’achat groupé des marchandises pour éviter de traverser nombreux pour un petit achat. Des banderoles de sensibilisation des masses ont été placées aux postes frontaliers ci-haut cités mais aussi au port de Goma au Nord Kivu. Les mêmes outils de sensibilisation (Banderoles, dépliants, brochures) sont distribués aux services (DGM, DGDA, PNHF, SQAV, Police aux frontières, OCC et les associations des petits commerçants transfrontaliers). Des t-shirts, Képis sont également produits pour informer les migrants.

Près de 20000 petits commerçants transfrontaliers seront ainsi sensibilisés et informés sur les mesures d’hygiène à respecter pour se protéger et protéger leur entourage contre la maladie à CORONAVIRUS.

Informer pour ne pas trop entraver le commerce

Les petits commerçants transfrontaliers, les agents des services aux frontières et migrants qui sont les cibles et les bénéficiaires du Projet à travers ces postes frontaliers sont exposés par manque de d’information adéquate. Cette intervention du PFCGL vise à renforcer les mesures préventives aux sites ciblés du projet et renforcer la communication de risque avec engagement communautaire aux endroits identifiés pour freiner la propagation de la maladie. Cela permettra la levée des restrictions à l’exercice du commerce aux postes frontaliers.

En effet, des perturbations au niveau des postes frontières ciblés par le projet allant dans le sens du ralentissement voire entrave des échanges commerciaux ont été enregistrées à l’annonce de la maladie. A partir du 22 mars 2020, le Rwanda, le Burundi, l’Ouganda ont fermé leurs frontières avec la RDC. La RDC a également fermé ses frontières par réciprocité. Les produits manquent sur les marchés et ont augmenté des prix au grand désespoir des populations. Les petits commerçants transfrontaliers ne travaillent plus et leurs revenus périclitent.

Respecter les règles d’hygiène

Pour le Docteur Jérémie TSHILEU : se laver régulièrement les mains plusieurs fois par jour avec de l’eau et du savon ou un désinfectant à base d’alcool ; éviter de se frotter les yeux, de se curer le nez et toucher la bouche chaque fois que les mains ne sont pas lavées ; en toussant ou en éternuant, se couvrir la bouche et le nez avec le creux du coude fléchi ou un mouchoir jetable.

Il faut également maintenir une distance d’au moins un mètre avec son interlocuteur ; porter le masque cache-nez si on se trouve dans un milieu à haut risque et le retirer et jeter dans une poubelle dès qu’on quitte le rayon à haut risque, puis se laver immédiatement les mains.

Lorsque l’on va sur les marchés d’animaux vivants : Eviter le contact direct avec les animaux et les surfaces en contact avec les animaux. Portez gant et masque à éliminer dans une poubelle aussi tôt après. Manipuler la viande crue, le lait et les abats avec précaution et éviter de contaminer les aliments à consommer crus.

Evitez les sorties inutiles et limiter les voyages au strict minimum ; En cas de symptôme même bénigne, il faut rester chez soi à la maison jusqu’à la guérison totale ; éviter tout contact étroit avec une personne présentant des symptômes de rhume ou de fièvre et autres signe respiratoire ; éviter les contacts non protégés des animaux de ferme ou sauvages sont des gestes simples très salutaires au regard du vécu quotidien des petits commerçants transfrontaliers.

redaction