Groupe de presse La République

RDC : JED regrette la condamnation injuste de Stanis Bujakera à 6 mois de prison

L’organisation non gouvernementale, Journaliste en danger (JED) exprime sa profonde déception après la condamnation du journaliste Stanis Bujakera à 6 mois de prison et au paiement d’une amende de 1 million de francs congolais (400 dollars américains) par le Tribunal de Grande instance de la Gombe.

Le correspondant de Jeune Afrique et Directeur de publication adjoint du média en ligne « Actualités.cd » était accusé de fabrication de faux documents, falsification de documents officiels et propagation de faux bruits. JED souligne que toutes ces accusations n’ont jamais été prouvées tout au long du procès, et que les avocats de Stanis Bujakera avaient plaidé pour son acquittement.

Ayant déjà passé 6 mois en détention préventive, Stanis Bujakera devrait néanmoins quitter la prison après les formalités administratives. JED note cependant que le grand écart entre les 20 ans de prison et 7500 dollars d’amende requis par le Procureur et les 6 mois de prison et 400 dollars d’amendes prononcés par le Tribunal démontre clairement le vide du dossier de l’accusation.

Pour JED, les circonstances de l’arrestation de Stanis Bujakera, sa longue détention et sa condamnation sous pression de la communauté internationale constituent des graves atteintes à la liberté de la presse et d’expression. JED rappelle que la RD Congo est désormais classée parmi les pays les plus dangereux au monde pour les journalistes.


JED condamne fermement cette décision inique et appelle à la libération immédiate de Stanis Bujakera. L’organisation exhorte les autorités congolaises à respecter les droits des journalistes et à garantir un environnement libre et sûr pour l’exercice du journalisme en RDC.

Marasi Bénédicte Zoé