Groupe de presse La République

RDC : Guerre d’agression dans l’Est, la population de Kinshasa dénonce le laxisme et l’indifférence des occidentaux

La population de Kinshasa (Kinoise) a manifesté samedi 10 Février contre le laxisme et l’indifférence de l’occident face à l’agression de la RDC par certains pays de la région de Grand-Lacs dont Rwanda sous le label M23. Les manifestants ont brûle des pneus, allumant le feu à l’entrée des avenues abritant les ambassades des USA, Chine, Espagne et le Quartier Général de la Mission des Nations Unies en RDC pour faire entendre leur voix et exprimer leur ral-et-bol.

Depuis le 7 Février, les rebelles du M23 accentuent les attaques dans la région du Nord-Kivu avec la tentative de la prise de Goma à partir de Sake. Cela pour forcer la main à Kinshasa d’aller sur la table de négociation alors que la position de Félix Tshisekedi reste la même, « pas de negociation avec les terroristes ».

La population congolaise ne digère pas cependant le laxisme des occidentaux face à ce qui se passe dans l’Est de la RDC depuis plus de deux décennies aujourd’hui avec au passage plus de 3 millions de morts suite aux divers conflits. La ville de Kinshasa, la capitale congolaise est sortie de son silence ce 10 Février 2024.

Banderoles à la main et mémorandum à déposer au point de chute à l’esprit les Kinois anti-occidentaux étaient clairs dans leurs messages « La complicité des occidentaux dans la longue guerre de l’est de la RDC ». Sur les bouches des manifestants sortent des messages tels que : « Nous sommes fatigués l’hypocrisie des occidentaux, nous sommes un pays souverain, ou encore nous exigeons la fermeture des ambassades des États-Unis d’Amérique, de la France et de l’Angleterre en RDC ».

Avant que la police ne disperse des manifestants à coup de gaz lacrymogènes, la foule en colère a pu déposer son mémo à l’ambassade des Etats-unis (USA), qui portait comme message : « implication des USA dans le retour de la paix à l’est de la RDC ».

Tout est partie d’un geste d’une main sur la bouche, deux doigts de l’autre main sur la tempe, pour dire « on nous tue et le silence règne » : lancé par les joueurs de l’équipe de football de la République Démocratique du Congo, ce geste se répand jusque dans le gouvernement pour chuter par la marche de ce samedi.

Thierry Kayandi