Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Walikale : La société civile plaide pour le renforcement des effectifs militaires en groupement Kisimba et Ikobo (Nord-Kivu)

Photo tiers

La population des groupements Kisimba et Ikobo dans le secteur de Wanianga en territoire de Walikale (Nord-Kivu), s’inquiète de la situation sécuritaire calamiteuse qu’elle traverse actuellement. Alerte faite ce 6 Mai par Nacharlom Kasyano, point focal du collectif des organisations de la société civile dans le Walikale Nord. Cette situation est caractérisée selon lui,  par l’absence de l’autorité de l’Etat dans la zone, l’insécurité semée par des mouvements rebelles, plonge la population à l’inaccessibilité à leurs activités agricoles. Ce qui occasionne la famine, susceptible de générer diverses maladies.

Cette crise sécuritaire ressort des récents affrontements qui ont eu lieu entre les Forces Patriotiques pour la Paix(FPP) du général autoproclamée Kabido et Nduma Defense of Congo(NDC-Renové) de Guidon.

« Ça fait quelques mois que la situation sécuritaire se dégrade du jour au jour dans les localités des groupements Kisimba et Ikobo. Il y’a eu des accrochages qui ont eu lieu entre les groupes armés NDC, Coalition Mazembe et FPP. Ce qui a occasionné le déplacement de la population dans 11 villages » dit Nacharlom Kasyano.

Cependant cet activiste des droits humains déplore le traitement dégradant dont fait face la population aux groupes rebelles dans cette entité. Il appelle l’armée loyaliste à l’action pour mettre fin à leur inquiétude.

« Il y’a quatre mamans qui ont récemment été tabassées par ces groupes rebelles actifs dans la zone, acte qui n’a pas réjoui la société civile. Nous demandons que l’effectif des Forces Armées(FARDC) soit renforcé, pouvant permettre à contrôler toute la zone insécurité » lance Nacharlom Kasyano.

Notons que le territoire de Walikale fait face aux mouvements insurrectionnels depuis plus d’une décennie. L’armée sensée de défendre l’intégrité du territoire national et protéger la population, a failli à sa mission, laissant aux groupes armés à faire la loi dans la grande partie de cette entité.

David MAHAMBA