Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Rutshuru : Huit personnes tuées dans un conflit intercommunautaire, un élu appelle à la cohabitation pacifique (Nord-Kivu)

Le drame qui s’est produit au village Katoro à quelques kilomètres de la cité de kiwandja dans la chefferie de Bwisha en territoire de Rutshuru, a fait état de 8 personnes tuées par machettes dans la nuit du mercredi 28 Octobre 2020.

Les illustres disparus sont issus d’une même famille d’un pasteur de l’eglise Fepaco Nzambe malamu. Parmi les victimes il y a un chef de famille qui est le pasteur principal de l’eglise nzambe malamu, deux femmes et cinq enfants, a témoigné Patrick Mwanuvonguka, secrétaire exécutif de Badilika, une organisation de défense des droits humains basées à Rutshuru.

Consterné par cette triste nouvelle, le député national Jérôme Lusenge élu de Lubero, déplore cette situation d’insécurité qui accroît du jour au jour dans la région. Pour vaincre ces connotations tribales, ce dernier appelle la population à la cohabitation pacifique.

« C’est vraiment insensé de faire un constant aussi malheureux que les gens sont en train de s’entretuer dans le Rutshuru pour la raison tribale pendant que les autorités sont basé à Goma. Je recommande au gouvernement provincial du Nord-Kivu d’aller se baser momentanément à Kiwanja pour comprendre la situation et instaurer la paix dans cette partie de la province. Un criminel n’a pas de tribu, il doit répondre de ses actes sans y mêler sa communauté. La cohabitation des toutes les communautés basées dans le Rutshuru est le seule remède à tous les problème relatif à la paix dans cette entité. C’est ainsi que j’appelle la population de cette zone à la cohabitation pacifique pour vaincre les conflits tribaux dans cette entité » a dit cet élu de Lubero.

Cependant la société civile de cette zone craint le pire faute de l’insuffisance des troupes des éléments des FARDC et de La police. Ce qui favorise aux assaillants d’opérer en toute quiétude. Elle plaide au gouvernement provincial, le renforcement des forces de sécurité dans le Rutshuru.

Signalons que la pomme de discorde remonte d’un climat de conflit tribal observé entre les communautés Nande et Hutu dans cette entité. Ce qui a déjà occasionné depuis le début de cette semaine, des pertes en vies humaines et des dégâts matériels.

Marasi Bénédicte Zoé