Hôpital Tertiaire
Soins préventifs, Soins nationaux avancés Spécialité,
Malformations congénitales, Soins complexes.
Projets communautaires
Maternité à moindres risques, Lutte contre les violences
sexuelles et sexistes, Renforcer la Protection... La paix
Formation et recherche
Chirurgie générale à travers le programme COSECSA,
Spécialisation en médecine de famille, Soins infirmiers...
ISESOD-GOMA
Institut Supérieur d’Environnement Solidaire et de Développement Durable
ISESOD-GOMA
- Réseaux Informatiques et Télécommunication (RIT) - Gestion de Projet de Développement (GPD) - Communication et Résolution des Conflits (CRC) - Gestion des Micro-Entreprises (GME) - Gestion de l’Environnement (GE)

Rutshuru : Certains militaires Fardc, accusés dans les meurtres de 3 civils à Kibirizi (Nord-Kivu)

Trois personnes ont été tuées par balle à Kibirizi dans la chefferie de Bwito en territoire de Rusthuru (Nord-Kivu), la nuit du Mercredi 7 au Jeudi 8 Août 2019. Plusieurs sources locales accusent certains militaires Fardc (armée loyaliste) d’être présumés auteurs de ces meurtres.

‹‹ Après l’attaque des présumés Mayimayi Mazembe du mercredi 07 Août 2019 où quatre civils ont été tués et un officier des FARDC, les militaires basés à Kibirizi ont commencé à tirer plusieurs coups de feu, de 19h00 Mercredi jusqu’à 5h00 du jeudi 08 Août 2019. C’est alors qu’ils se sont introduits dans une maison où ils ont tiré sur un homme au nom de Kambale Floribert, âgé d’environ 70ans et père de famille, sa femme Kahindo Joséphine d’une soixantaine d’années environs et leur jeune fils Delvo Mukosasenge, 30ans révolus, avant de blesser par arme blanche, un autre jeune, interné dans une structure sanitaire de la place ››, témoigne un habitant de Kibirizi.

Ces informations sont conformées par certains élus provinciaux de la zone et les organisations de défenses des droits humains.

‹‹ Nous ne comprenons pas comment les militaires peuvent accuser les paisibles citoyens de collaborer avec les groupés armés. Au lieu d’arrêter les suspects, de quel droit ils peuvent se permettre de mettre fin à la vie des civils innocents. Nous demandons le relèvement de ces militaire qui sont devenus comme des chefs coutumiers sous le commandement du colonel Masudi ››, plaide un activiste des droits humains de Kibirizi.

Contactez, le porte-parole de l’opération militaire Sokola 2, rejette ces accusations.

‹‹ C’est inadmissible voir même inconcevable ces genres de déclarations. Je ne pense pas que cela vienne de notre population. Laisse-moi vous dire qu’il s’agit du mode opératoire de ces Nyatura qui se sont attaqués à la population civile et qui essayent de faire passer ces tueries comme étant un représaille de Fardc. Les informations à notre possession disent que ce sont les Nyatura qui ont attaqué les paisibles citoyens et ont commis ces forfaits. Sachant qu’ils ont commis ces meurtres, ils veulent l’habiller au forces armées de la Rdc. Malgré qu’un militaire ait été tué, il est mort dans le territoire ayant juré de donner sa vie a la nation ›› a rétorqué le Major Djike Kaiko Guillaume.

Notons que ces trois civils ont été tués au lendemain de l’attaque attribuée aux présumés Mayimayi Mazembe sur la piste Kibirizi-Rwindi qui a coûté la vie à 4 autres civils. Au total, 7 civils et un militaire ont perdu la vie dans un espace de moins de 48 heures à Kibirizi dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu).

BARAK MUNYAMPFURA Héritier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

English English French French Swahili Swahili