Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : Lutte contre la balkanisation, la population invitée à une marche d’unité

L’opposant Martin Fayulu appelle à une mobilisation générale contre la balkanisation de la RDC. Il a lancé cet appel ce 9 octobre à Kinshasa au cours d’un point de presse sur la question de Minembwe. Ainsi, il invite déjà la population à une marche dite d’unité nationale, le 14 octobre prochain.

Selon Martin Fayulu, cette marche est organisée pour dire non à la balkanisation de la RDC et à l’instauration de la commune rurale de Minembwe. Sur ce, il appelle la population à se mobiliser pour participer à ladite marche. Cette marche aura principalement lieu à Kinshasa et à Uvira dans la province du Sud-Kivu.

Le leader de la coalition Lamuka invite les congolais à ne pas baisser les bras en laissant Minembwe entre les mains de ses occupants. Selon lui, c’est de là que partira la balkanisation du pays si rien n’est fait.

Abordant particulièrement la question des conflits intercommunautaires, Martin Fayulu a appelé à l’organisation des conférences et des colloques sur l’histoire du pays pour que tout un chacun sache son origine.

Cet appel intervient alors que la veille, le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, avait décidé de suspendre « tout ce qui a été fait jusque-là » à Minembwe, pour calmer la tension. Une tension ravivée depuis l’installation, le 28 septembre dernier, d’un bourgmestre dans cette commune.

Comme Martin Fayulu, beaucoup de Congolais voient dans la reconnaissance de Minembwe comme une entité administrative à part entière, un arbre qui cache la forêt. Cette reconnaissance exposerait le pays à une balkanisation dans cette partie, à la moindre expression d’auto-détermination de ses populations à majorité Rwandophone.

Lors de cette même conférence de presse, Martin Fayulu est revenu sur la situation sécuritaire au pays marquée par des tueries et conflits intercommunautaires. Il a souligné que la situation à l’Est nécessite des solutions drastiques, en lieu et place des promesses.

Robert TSONGO depuis Kinshasa