Hôpital Tertiaire
Soins préventifs, Soins nationaux avancés Spécialité,
Malformations congénitales, Soins complexes.
Projets communautaires
Maternité à moindres risques, Lutte contre les violences
sexuelles et sexistes, Renforcer la Protection... La paix
Formation et recherche
Chirurgie générale à travers le programme COSECSA,
Spécialisation en médecine de famille, Soins infirmiers...
ISESOD-GOMA
Institut Supérieur d’Environnement Solidaire et de Développement Durable

Science - Solidarité - Développement
ISESOD-GOMA
Réseaux Informatiques et Télécommunication (RIT)
Gestion de Projet de Développement (GPD)
Communication et Résolution des Conflits (CRC)
Gestion des Micro-Entreprises (GME)
Gestion de l’Environnement (GE)

Masisi : Une taxe de 5 000 Fc imposée à la population de Bashali pour la construction du pont de Muheto (Nord-Kivu)

C’est depuis une semaine que certains habitants de la chefferie de Bashali en territoire de Masisi alertent sur une taxe instaurée dans la zone où chaque personne est sommée de payer cinq mille francs congolais (5 000 Fc) pour la construction du pont Muheto. Et pourtant ce pont jeté depuis quelques semaines, reviendrait à la charge de la chefferie qui perçoit des taxes dans cette entité déplorent ces habitants.

Certains notables de la place qualifient cette démarche d’escroquerie.

« Nous sommes choqués par la perception d’une taxe pour la construction un pont, initiative du bureau de la chefferie. Pour l’instant des barrières sont érigées partout et on demande à la population de payer 5 000 Francs Congolais sous peine des amendes. C’est par exemple dans le village de Kanzenze et Muheto où même les déplacés sont obligés de payer cette somme. Ce qui est inadmissible, et à part les Fardc [armée loyaliste : ndlr] qui ont érigé des barrières, même les groupes armés font payer la somme sur l’axe Kahira au nom de la chefferie », a révélé Fidèle Ntakirutimana, notable de la zone.

Information confirmée par certaines sources administratives locales. Elles parlent plutôt de la contribution locale de la population au plan de développement exercice 2020.

« Nous faisons payer cet argent comme taxe instaurée par la chefferie de Bashali pour la contribution locale de la population au budget 2020. Mais ce paiement n’est pas obligatoire », ont indiqué ces sources.

Notons que dans d’autres villages de la chefferie de Bashali, les messages radiodiffusés sous format communiqué, sont diffusés tout les jours, appelant la population au paiement de cette taxe, de peur d’être arrêté par le service de l’ordre spécialisé.

Barak Munyampfura Héritier

English English French French Swahili Swahili