Groupe de presse La République

Nord-Kivu : les obsèques de 35 morts à Goma, les habitants de Beni crient aux deux poids deux mesures de la part du gouvernement

Le gouvernement congolais a organisé ce mercredi l’enterrement digne de 35 personnes qui ont été tuées par des bombes du M23 à Mugunga. Cet acte est loin de faire l’unanimité dans la région de Beni-Butembo. Pour de nombreux habitants de cet espace, le gouvernement semble prendre au sérieux la question des massacres perpétrés par le M23 que celle des ADF.
« Je tiens à saluer le gouvernement et tous les Députés de leur implication à l’enterrement digne de nos compatriotes de Goma tués par les bombes larguées par les hommes de Kagame/Nanga.
Ma préoccupation est de savoir s’il existe une différence entre la population du petit-nord et celle du grand-nord ainsi que celle de l’Ituri ? Car je trouve une très grande discrimination de la part du gouvernement. Nous sommes massacrés chaque jour ici, il n’y a même pas un message de condoléances de députés.», a écrit cet habitant de Beni.

Cette opinion est aussi partagée par Edgar Mateso, acteur politique et ancien cadre de la société civile du Nord-Kivu. Il parle de «deux poids, deux mesures » dans le traitement des victimes de la guerre dans un même pays.

Pour certains, cette attitude du gouvernement congolais a été visible à travers la phrase du ministre Muyaya répondant à cette polémique lors du briefing tenu à Goma la soirée du mercredi 15 mai. Selon le ministre de la communication, il est absurde de comparer la violence causée par des rebelles du M23 «aux petites violences » signalées ça et là dans d’autres zones non sécurisées du pays.

Une déclaration qui a provoqué un tollé dans les réseaux sociaux dans la région de Beni-Butembo. Cet internaute, par exemple, dénonce le silence des politiques ressortissants de Beni-Butembo et de l’Ituri face à la déclaration du ministre Muyaya. A l’en croire, les acteurs politiques de ces coins sont plutôt préoccupés par le positionnement politique du moment.
«Si on était la veille des élections, je m’imagine les réactions des fils et filles de Beni, Irumu, Djugu, Mambasa aux propos du gouvernement par le biais de son porte-parole, qualifiant de petites violences les morts quotidiennes de ces coins du pays…Mais comme l’heure est au positionnement en attente de la sortie du gouvernement, il faut éviter d’ouvrir les bouches. Vive la classe politique de mon pays.»

Un autre internaute va plus loin en demandant que le ministre Muyaya soit interpellé par la justice pour sa phrase jugée déplacée.
«Ce type qui parle de « petites violences » mérite d’être interpellé. Cela ne doit pas passer sous silence. La barza des communautés du Kivu et de l’Ituri doit réagir.»

Signalons que depuis le début du mois de mai, les rebelles ADF ont tué plus au moins une centaine de morts dans le territoire de Beni au Kivu et dans les territoires de Mambasa et d’irumu en Ituri. Aucune réaction du gouvernement congolais jusqu’à présent.

Robert TSONGO