Groupe de presse La République

Nord-Kivu : Huit officiers militaires condamnés à mort pour lâcheté et fuite devant l’ennemi à Masisi

Ces militaires, qui occupaient une position stratégique sur le front dans le territoire  de Masisi combattants contre la rébellion du M23, ont été reconnus coupables d’avoir abandonné leurs positions lors des offensives rebelles qui ont conquis de vastes territoires dans cette province depuis fin 2021.

Ces militaires du régiment Réactions rapide, qui occupaient une position stratégique sur le front dans le territoire de Masisi à Lushangi-Café combattants contre la rébellion du M23, ont été reconnus coupables pour lâcheté, faux et usage de faux et incitation des militaires à commettre des actes contraires au devoir ou à la discipline militaire.

Lors de cette audience publique, la cour militaire a également acquitté trois autres militaires occurrences, Les capitaines Likonja Alita,Kapalay Ezéchiel Gérard et Mujinga Simon mettant ainsi fin à toute poursuite judiciaire à leurs égard a précisé le premier président de la cour militaire du Nord-Kivu le le magistrat colonel Ben Kabeya .

La condamnation à mort de ces huit officiers intervient dans un contexte de tensions accrues dans l’est de la RDC, où les combats entre l’armée et les rebelles du M23 ont fait des centaines de morts et de blessés depuis plusieurs mois occasionnant aussi des déplacements massifs des populations.

La condamnation à mort de ces officiers suscite des réactions mitigées tant au niveau national qu’international.

Si certains saluent cette décision de « juste » et « dissuasive », estimant qu’elle permettra de mettre fin aux actes de lâcheté et trahison au sein de l’armée,d’autres dénoncent une décision « barbare » et « inhumaine », qui ne fera qu’aggraver la crise dans le pays.

Il reste à savoir si les huit officiers condamnés à mort seront effectivement exécutés. La décision de la cour militaire devra d’abord être confirmée en appel.

Signalons qu’ après le jugement de la cour militaire,seul le président de la République a le pouvoir de gracier les condamnés.Le ministère public a rappelé à tous les 11 prévenus leurs droits d’interjeter appel dans le 5 jours qui suivent.

les 8 condamnés Dont 5 officiers sont le colonel Bashengezi Patient commandant bataillon, le lieutenant-colonel Paluku Dunia adjoint condamnés pour faux et usage des faux documents médicaux, le major Chingwere Zihalirwa , le major Kabeza Modeste, le capitaine Sango Muyumba, le capitaine Agotani Jean, et le lieutenant Bofi Bonganga à la peine de mort, ordonne leur destitution des Forces armées de la République conformément à l’article 31 du code pénal militaire et confirme leur détention.

  Marasi Bénédicte Zoé