Groupe de presse La République

Nord-Kivu : CORACON dénonce des atteintes aux droits des femmes journalistes

Le collectif des radios et télévisions communautaire du Nord-Kivu « CORACON  » dénonce les violations multiples des droits dont font face les femmes journalistes du Nord-Kivu. Cette dénonciation a été faite ce jeudi 7 mars en marge de la célébration de la journée dédiée aux droits des femmes commémorée le 8 mars de chaque année.

Dans une déclaration adressée aux autorités congolaises du pays et les membres de la communauté internationale, le CORACON décrit la dégradation de situation sécuritaire dans la partie est de la RDC et dont sont victimes toutes les femmes de l’est en général et en particulier les chevalières de la plume et du micro.

Dans ce même document ,CORACON a exprimé son ras le bol face à cette montée en puissance de l’insécurité dans la partie est de la RDC. Il demande la restauration de la paix dans cette partie afin de permettre aux journalistes à bien exercer leur travail en toute quiétude.

« Au nom du CORACON , nous exprimons notre profonde préoccupation suite à la dégradation de la situation sécuritaire en RDC ,ou les violences perpétrées par les assaillants causent problème. Plus de 30 radios n’émettent plus dans le Rutshuru et le Masisi , des territoires beaucoup plus touchés par l’insécurité», fait -il savoir.

Ils ont profité de cette occasion pour reformuler des recommandations aux gouvernements congolais , à la presse congolaise et aux membres de la communauté internationale. A la presse d’élargir les campagnes de sensibilisation sur la situation sécuritaire des femmes des médias et donner l’accès à cette dernière de dénoncer tous les maux.
Au gouvernement congolais de renforcer les mécanismes de protection en faveur des journalistes et éradiquer la paix dans des parties afin de regagner leurs milieux respectifs.

Nous sollicitons la solidarité de l’EAC,à soutenir les médias du Nord-Kivu et les femmes journalistes déplacées à s’acquitter de leur devoir d’informer la population, ajoute-t-il.

CORACON réaffirme son engagement pour la paix et la protection des femmes des médias dans l’exercice de leur métier.

Suzanne Musemakweli