Groupe de presse La République

Nomination à l’ESU: une campagne de diabolisation menée contre Muhindo Nzangi

Dans une déclaration rendue public samedi 8 janvier 2022 à Kinshasa, le caucus des députés du Kivu a démontré noir sur blanc que les nominations opérées par Muhindo Nzangi Butondo à la tête de certains établissements publics de Kinshasa ne reflètent aucun penchant tribal comme d’aucuns le laissent entendre.

Dans cette déclaration lue par le député Jérôme Lusenge Bonane, les députés du Nord-Kivu, estiment que « le ministre Nzangi est victime d’une campagne de tribalisme et de haine ethnique. Ceux qui l’alimentent tentent d’opiner qu’il a nommé des Comités de Gestion constitué de plusieurs nande à Kinshasa. Ce qui est faux.« 

Et d’ajouter, « sur les 12 Directeurs généraux et Recteurs nommés à Kinshasa, 2 seulement sont du Nord-Kivu. Le premier est de la communauté nande et le deuxième de la communauté hutue. Deux autres sont des Bashi, deux de l’Equateur, quatre Bakongo et d’autres sont de l’espace Grand Kasaï. Par exemple le Directeur général de l’ISC est un hutu bien expérimenté qui mérite son poste« note l’honorable Lusenge Bonane Jérôme.

Alors que certaines langues habituées à propager de fausses informations estiment que le conseil d’administration ignorait ces nominations, les élus du Kivu bien informés renseigne que « que le Ministre Muhindo Nzangi n’a fait qu’entériner la proposition du Conseil d’Administration des Universités. »

Avant de dénoncer, les mauvaises pratiques qui avaient élues domiciles dans les établissements de Kinshasa où « 90% des Directeurs généraux et recteurs qui étaient étaient originaires d’une seule province voisine de la capitale. Cette province est restée avec au moins 4 Directeurs généraux à l’occasion des changements opérés après plus de 12 ans », insistent les élus du peuple du Nord-Kivu.

Notez par ailleurs que de diabolisation contre le ministre de l’ESU dénoncer par les élus du Kivu vient de franchir la limite du tolérable avec la publication d’un pseudo statistique géopolitique de nominations à l’ESU réalisé dans le but de démontrer « un népotisme » qui n’en est pourtant pas un. Catégorisant les zones géographiques Nord, Sud, Est et Ouest sauf que pour l’est en plus de citer les provinces ils accordent un accent particulier à une tribut tout ça pour prêcher le faux.

Le crime n’étant pas parfait, ils ont eux mêmes craché sur la crédibilité de leurs recherches en indiquant que le nouveau recteur de l’IFASIC, son secrétaire général académique, et le secrétaire administratif sont du Kivu. Un vrai faux d’autant plus que le professeur Kambay Bwatshia promu recteur de l’IFASIC est de l’espace Kasai, son secrétaire général académique prof Arthur Yenga est de la Tshopo, et l’administratif prof Madeleine Mbongo pasi est du Kasaï.

rédaction