English English French French Swahili Swahili

Rwanda : Une nouvelle guerre contre le peuple congolais

Photo voa

Selon un tweet de Sonia Rolley de RFI (Radio France Internationale), une nouvelle rébellion est en gestation contre le pouvoir en place au Rwanda. Celle-ci aurait pour porte-étendard le MRCR (Mouvement Rwandais pour le Changement Démocratique), lequel serait le fruit d’une alliance entre le PDR de Paul Rusesabagina, qui en serait le président, le CNRD de Wilson Irategeka (1er vice-président) et le RRM de Callixte Sankara (2me vice-président).

 

Apparemment, l’objectif de ces opposants rwandais serait de chasser Paul Kagame du pouvoir par la mise en place d’une branche armée dénommée FLN (Forces pour la Libération Nationale). La guerre de libération du Rwanda que ces rebelles comptent mener connaîtrait la participation des représentants des trois ethnies qui peuplent ce pays, à savoir les Hutu, les Tutsi et les Twa.
A en croire les animateurs du MRCD, leur « armée de libération » se serait déjà signalée, ces dernières semaines, par des « frappes chirurgicales » contre l’armée régulière rwandaise dans les localités de Cyangungu, Nyamagabe, Nyaruguru, Bugesera et Huye.
Un écran de fumée pour brouiller les élections A première vue, une campagne de déstabilisation du régime en place au Rwanda, que d’aucuns considèrent comme le principal allié de Kinshasa, paraît comme une bonne nouvelle pour le changement démocratique au sommet de l’Etat espéré pour décembre 2018 analyse le phare.

 

Mais lorsqu’on tourne et retourne le dossier, on ne peut que s’inquiéter de l’annonce de la naissance d’un nouveau mouvement rebelle rwandais. Car, au plan géostratégique, une telle rébellion ne peut espérer mettre réellement en difficulté l’armée rwandaise qu’en
ayant comme base arrière la partie Est de la République Démocratique du Congo.
Connaissant le sens d’anticipation des hommes au pouvoir à Kigali, il est sûr et certain qu’à la moindre infiltration armée ayant pour rampe de lancement le territoire congolais, on assisterait à une riposte n’ayant d’autre visée qu’un nouveau safari militaire sur les terres du
Grand Kivu, comme en 1996 (AFDL), 1998 (RCD/Goma), 2006 (CNDP), 2009
(M23) et 2012 (M23).

 

Yasmine Malaïka