RDC : Un an après la mort d’Étienne Tshisekedi, qui bloque son corps?

Redaction
By Redaction février 1, 2018 05:43


C’est Jeudi 01 février cela fait une année depuis la mort du président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès  Social (UDPS) Étienne Tshisekedi en Belgique.

Sa famille déplore le non rapatriement de son corp pour son inhumation au pays.

Sa veuve, Maman Marthe, se retrouve contrainte de garder le deuil faute de pouvoir enterrer son mari. Son frère aîné, monseigneur Gérard Mulumba, était à la tête de la délégation de la famille qui a discuté jusqu’en juin de la question avec le gouvernement. Il assure qu’un accord avait été trouvé, notamment sur le lieu de l’enterrement sur une parcelle familiale à l’extérieur de Kinshasa, qu’un communiqué était sur le point de sortir, publié par le ministère de l’intérieur. Et puis plus rien, pas de communiqué, plus de contacts, plus de réunion. Monseigneur Gérard Mulumba ne cache ni sa colère ni son agacement sur les ondes de Rfi capté ce matin depuis la ville de Goma. Il appelle le gouvernement à organiser au plus vite l’enterrement, peu importe les conditions.

Nous étions d’accord pour tout, et ça s’est arrêté comme ça… Nous voulons quoi? Qu’ils fassent ce qu’ils veulent pourvu qu’il soit enterré ici, au pays”

A la tête des discussions du côté du gouvernement, le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadari, confirme qu’un communiqué d’organisation des obsèques a bien été signé par les trois parties, gouvernement, famille politique et famille biologique, mais il impute à l’UDPS, puis à la famille d’Etienne Tshisekedi ce retard dans l’enterrement. Sa porte à lui, en tout cas, reste ouverte.


On ne peut pas forcer la famille! C’est d’abord la famille biologique, c’est comme ça ici en Afrique”.

Notons que la famille de Tshisekedi devrait participer à une veillée funéraire organisée ce jeudi après-midi à Bruxelles, avant une messe de requiem qui sera donnée samedi dans une église bruxelloise,les  mêmes activités sont prévues à Kinshasa, au Kasaï et dans quelques coins du pays.

Redaction
By Redaction février 1, 2018 05:43
Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*