Goma : Des opposants arrêtés avant d’entamer leur marche.

Redaction
By Redaction novembre 30, 2017 13:52


La marche du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, Rassop, n’a plus eu lieu comme initialement prévue ce jeudi  à Goma. A la base, un dispositif impressionnant des éléments de la police et des militaires positionné dans des endroits stratégiques de la ville. Au rond-point signers par exemple, à 10h00, heure du début de la marche, seuls les éléments de l’ordre et quelques journalistes attendaient impatiemment les manifestants.  
« Nous nous sommes convenus avec nos membres à se rencontrer au rond-point signers pour la marche qui a comme point de chute la tribune de lONC où un meeting devrait être tenu. Normalement, la police a le devoir constitutionnel d’encadrer notre manifestation. Ce qui n’a pas été le cas » regrette Neema Vikahilwira de lARC de Olivier Kamitatu, un parti membre du Rassop.
A en croire Jean Baptiste Kasekwa, cadre du rassemblement Nord Kivu, une dizaine des membres du Rassop ont été interpellé par la police quand ils se rendaient au rond-point signers, point de départ de la marche. Parmi eux, sept sont du MSR G7.
« Nous sommes en train d’exiger leur libération. Ce sont des gens qui ont été arrêtés pour certains quand ils se trouvaient devant leurs domiciles et ce, sans aucun mandat d’amener ni autre document légal » indique Mme Neema.
Les activités paralysées dans la matinée ont repris peu à peu dans l’après-midi dans certains quartiers de la ville. Boutiques, magasins et autres commerces ont rouvert à Birere, centre commercial de Goma. Le calme a cependant repris à  Majengo, Katoyi et sur la route ULPGL où les jeunes ont barricadé la route avant d’être dispersés par la police à base des gaz lacrymogènes et des balles en l’air.   
« Nous, nous avons demandé à la population de marcher pacifiquement. Nulle part dans notre message, nous avons invité les gens à barricader les routes ou à brûler des pneus. Ce sont donc des stratagèmes de gens de la MP qui envoient des jeunes gens dans des rues pour ériger des barricades sur les routes et puis faire porter cela sur le dos de l’opposition. Ce n’est pas normal » se justifie Mme Neema de l’ARC.

 

Jonathan Kombi

Redaction
By Redaction novembre 30, 2017 13:52
Write a comment

1 Comment

  1. phomyLob décembre 1, 06:49

    Hurra!!!! Unsere haben gesiegt:)
    Rexuiz FPS

    Reply to this comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*